MANGA ARTIST LIFE – part I – Anime Conventions 2/3

En temps normal, il faudrait d’abord débuter dans une convention “locale” pour tester et limiter les frais, lorsqu’on n’est pas très sûr encore. Bien évidemment, il se peut qu’il n’y ait pas de convention près de chez vous ou que ce ne soit pas une convention assez intéressante…

Dans cette partie-là, je vais parler des déplacements en convention, astuces pour s’organiser, choisir les bonnes conventions, etc.

En France

Quelles conventions ?

D’abord, les conventions en France !
Au début, on se dit qu’avec les frais de stand + transport + hôtel, que ça va être plus difficile à rentabiliser. Il faut se dire que quand on se déplace, c’est pour aller à des conventions qui permettent de gagner plus. Alors comment savoir quelles conventions valent le coup de s’y déplacer ?

Tout d’abord, le nombre de visiteurs est un premier indicateur, mais il ne faut pas se fier qu’à ça… Ça dépend du cadre, du contexte, de la communication et public-ciblé, etc. Le plus important est d’avoir un ratio important de nombre d’acheteurs selon le nombre de visiteurs.
Avec un bon ratio, vous pouvez gagner plus dans une convention de 20.000 visiteurs par rapport à une convention de 200.000 visiteurs, par exemple.

Je dis bien “dans le cadre d’un déplacement en convention”, il faut éviter les trop petites conventions (moins de 5.000 visiteurs par exemple) parce qu’il n’y aura pas assez de visiteurs pour vous aider à rentabilise tous vos frais.

Aussi, faire attention aux nouvelles conventions, trop récentes. Je dis ça un peu par expérience : en France, niveau communication, les organisateurs de convention ne parlent jamais du contenu exposé, mais seulement des invités. La conséquence, c’est que le public ne vient pas avec un budget préparé, donc avec peu de sous… Dans les nouvelles conventions, les visiteurs locaux viennent “pour regarder”, comme il y a peu d’informations, c’est compréhensible…
Du coup, vos gains seront très limités !
C’est un peu “injuste” de dire ça pour les nouvelles conventions, mais ils n’ont qu’à faire les efforts nécessaires pour que les exposants soient plus mis en avant.
“Nouvelle convention”, mais jusqu’à quand ? Je dirais qu’il faut attendre facilement 6-7 éditions au moins (tant qu’il n’y a pas d’effort de communication sur les exposants)

Pour la plupart des conventions en France, il n’y a pas de difficulté particulière pour s’y inscrire, sauf pour les conventions où les places sont limitées. Pour celles où il n’y a pas assez de place par rapport aux demandes, il y a une phase de sélection.

Les conventions que je trouve correct (je n’ai pas testé toutes les conventions non plus, c’est juste une liste selon mes propres expériences):

– Mang’Azur, à Toulon, environ 12.000 visiteurs, période mi-avril (14 éditions)
Convention ex-associative, dans un très bon cadre (Palais Neptune) et bon climat pour cette période. Ambiance très conviviale, peu de stands, mais très bien mis en avant (les visiteurs arrivent facilement à circuler dans toute la convention, donc devant les stands artistes)
– Jonetsu, à Paris, environ 1.000 (?) visiteurs, début avril (3 éditions)
3 éditions seulement avec encore peu de visiteurs, mais c’est du concentré de “bon visiteurs”, de fans, passionnés, ce qui en fait de très bon clients ! C’est ce qui se rapproche le plus d’une “convention doujin” (avec surtout des stands artiste) en France.
– Metztorii, à Metz en fin mai, environ 13.000 visiteurs, organisé par des gens qui connaissent bien le cadre des conventions, qui savent ce que c’est d’être exposant, etc. Je n’ai jamais eu l’occasion d’y aller (pas en France pendant cette période à chaque fois), mais c’est un bon ami qui l’organise et en qui j’ai confiance.
– Animasia, à Bordeaux en début d’automne (vers fin septembre), environ 20.000 visiteurs. Les stands artiste sont un peu planqués dans un coin, mais il y a suffisamment de visiteurs pour que ce soit assez intéressant.
– Japan Touch, à Lyon, environ 40.000 visiteurs. Pareil que pour Animasia, c’est suffisamment rentable grâce au nombre de visiteurs, mais les ventes restent frustrantes compte tenu du nombre de visiteurs.

En sortant de la France, pas trop loin :
– Polymanga (à Montreux en Suisse), environ 40.000 visiteurs dans un très beau cadre (au bord du lac Léman. Les places sont très demandées et le niveau est assez haut. De mon avis personnel, c’est la meilleure convention pour les artistes en Europe, si on y vient très bien préparé !
Le public suisse est un public qui s’intéresse à l’art, dans le sens large et qui ne s’arrête pas qu’aux fan arts (même les jeunes). C’est l’endroit idéal pour vendre de l’original !
Je pense que le choix des organisateurs de prospecter des artistes à l’international a permis de bien augmenter le niveau du village des artistes. Finalement, ça a permis aux visiteurs de vraiment s’intéresser aux artistes. C’est l’une des rares conventions où j’entends souvent le public dire “je viens chaque année pour le village des artistes !”
Et puis, comme on dit, les suisses ont de l’argent… ೕ(•̀ㅂ•́ )
– Made In Asia (à Bruxelles en Belgique) avec environ 90.000 visiteurs. Le gros avantage de cette convention est de pouvoir avoir un stand artiste à côté de stands professionnels. Il y a malheureusement énormément de stands de contre-façons. La convention a été rachetée par un organisme qui organise des conventions plutôt typées “comic con” (autour de comics, séries US etc), donc je ne sais pas à quel point ça va changer à partir de 2019…

Un peu plus loin:
– Hyper Japan, à Londres avec plus de 60.000 visiteurs.
– Dokomi, à Düsseldorf en Allemagne avec plus de 40.000 visiteurs. Je n’y ai pas été, mais d’après ce qu’on m’a dit, pour le côté artistes, ils essaient de le faire style Comiket.

Comment s’organiser et optimiser les divers coûts ?

Juste quelques petits conseils ici.
Lorsqu’on se déplace pour les conventions, il faut prendre en compte les frais de déplacement (train/bus/voiture/avion) et d’hébergement. Ce ne sont pas des coûts fixes, ça dépend de la demande et des délais.
Si vous faites toutes vos réservations au dernier moment, vous paierez tout au prix fort (2 à 3 plus cher par rapport à des coûts optimisés). En s’y prenant suffisamment à l’avance, vous pourrez économiser énormément !

Si vous avez besoin de vous déplacer en train, il est recommandé de réserver au plus tôt possible, c’est-à-dire 3-4 mois avant la convention, pour bénéficier de tarifs réduits avantageux. Pour avoir de meilleurs tarifs encore, il faut voyager en petit groupe pour des tarifs “mini-groupe” (à partir de 4 personnes). Si vous connaissez d’autres exposants pour voyager avec, c’est l’occasion !

Pour l’hébergement, AirBnB est une bonne solution pour avoir une chambre pour pas très cher. En groupe, idem, vous pouvez avoir un gros logement pour moins cher encore.
Sinon, si pour une convention, vous attendez une confirmation (sélection pour un stand par exemple), vous pouvez réserver sur le site booking.com en faisant attention de bien avoir les options “réservation sans pré-paiement et annulation gratuite”. Ça vous permet de réserver gratuitement, très tôt, sans risque et sans avoir à payer à ce moment-là.

Ces conseils paraissent logiques, mais en pratique peu de gens s’y prennent vraiment tôt… ( ̄□ ̄;)

Les conventions à l’international

Si les conventions en France ne suffisent pas, ou si vous avez aussi envie de voyager, vous pouvez passer les frontières.
A ma connaissance, certaines conventions peuvent valoir le coup, même en prenant en compte les frais d’un voyage en avion. Enfin, tout est relatif… Si vous n’avez aucun problème à rentabiliser en convention locale, en déplacement en France et alentours, aller plus loin est assez envisageable !
En se débrouillant bien, vous pourrez même faire plus de bénéfices à l’étranger qu’en France…!

Parmi ceux que je peux recommander aux USA:
– Anime Expo (Los Angeles), plus de 300.000 visiteurs. La plus grosse convention des US, plus ou l’équivalent de Japan Expo (en largement mieux !). Par contre, ça tombe toujours aux mêmes dates exactement, il faut faire son choix !
– Fanime (San Jose), environ 30.000 visiteurs. L’une des conventions les plus réputées pour les artistes aux US !
Ces deux-là sont en Californie, je n’ai pas pu tester de conventions en côte Est encore…

– A Singapour, la convention Anime Festival Asia, environ 100.000 visiteurs.
C’est en Asie, mais l’avantage, c’est que les gens à Singapour sont pratiquement tous bilingues anglais.

– Comic Market (aussi appelé Comiket ou Comike) à Tokyo au Japon. Environ 550.000 visiteurs
Par contre, cette convention n’a vraiment rien à voir avec les conventions en Europe ou aux US. Quand vous êtes outsider, nouveau, c’est assez difficile de vendre à des visiteurs qui ne vous connaissent pas. Il faut savoir qu’il y a dans les 40.000 artistes exposants et qu’il n’est pas possible pour les visiteurs d’acheter tout ce qu’ils trouveraient sympa. On y vend aussi principalement que des livres (doujinshi/fanzines).

Et finalement, pour les frais de voyage, c’est comme un peu plus haut : réserver au plus tôt possible dès que vous avez les confirmations d’inscription, sinon possibilité de réserver avec annulation gratuite.

Il faut juste faire attention pour les conventions aux US, il faut demander des autorisations pour vendre là-bas (seller’s permit).

Dans la troisième partie des articles sur Anime Conventions, je vais parler de stratégies de vente !

SOMMAIRE
Manga Artist Life – Introduction
Manga Artist Life – part I – Anime Conventions 1/3
Manga Artist Life – part I – Anime Conventions 2/3
Manga Artist Life – part I – Anime Conventions 3/3
Manga Artist Life – part II – Fan Art rules
Manga Artist Life – part III – Modern Tools 1/3
Manga Artist Life – part III – Modern Tools 2/3
Manga Artist Life – part III – Modern Tools 3/3
Manga Artist Life – part IV – Fanbase & Clients
Manga Artist Life – part V – Original
Manga Artist Life – part VI – Books and Goods printing
Manga Artist Life – part VII – Notes & Conclusion

3 thoughts on “MANGA ARTIST LIFE – part I – Anime Conventions 2/3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.