MANGA ARTIST LIFE – part III – Modern Tools 1/3

“Avant” le métier d’artiste était juste fortement lié à la publication (édition) ou soit des commissions pour des visuels de communication, par exemple.

Mais concernant “l’auto-publication”, ou plutôt de façon plus vaste, le statut d’artiste indépendant, de nouveaux moyens de gagner de l’argent sont apparus depuis quelques années.

Ce sont, le plus souvent, des outils complémentaires. Il arrive aussi que certains artistes ne fassent leur business que dessus.

On va commencer avec les plateformes Kickstarter et Ulule, il en existe pleins d’autres, mais là ce sont les 2 plus utilisées par les artistes.

Tout d’abord, il faut que je vous explique ce que sont ces sites internet :
Le “crowdfunding”, c’est du “financement participatif”.

Le principe du crowdfunding

A la base, c’est quand on a un projet, mais qu’on n’a pas le budget nécessaire pour le concrétiser. Le financement participatif permet à l’artiste de réaliser un projet grâce à la participation financière de contributeurs. Ce n’est pas un simple système de mécènes, sinon ça ne serait pas aussi efficace.

On va dire que quand  vous avez un projet, juste monter un dossier et dire aux gens “j’ai besoin d’argent, aidez-moi”, ça ne sera jamais suffisant. Les gens vont contribuer au projet pour en tirer quelque chose, et dire d’une certaine manière “j’ai aidé l’artiste à réaliser son projet !”

Il faut alors trouver un moyen de convaincre les gens de vous aider financièrement. C’est alors qu’interviennent des sites comme Kickstarter ou ulule (Kickstarter est un site à la base US, maintenant international; Ulule étant le même type de plateforme mais FR).

Le principe de base est simple :
Le créateur du projet (l’artiste) propose un projet de financement :
– Le but du projet, ce que vous comptez réaliser, concrétiser.
– La somme dont vous avez besoin pour y arriver.
– Le détail sur l’utilité de cet argent (oui, si vous voulez que les gens vous fassent confiance, il faut être transparent et justifier des frais dont vous aurez besoin).
L’objectif pour accomplir le financement participatif et d’avoir suffisamment de contributions de la part des participants.
– Vous définissez le temps (entre 2 semaines et 3 mois je crois) d’activité du projet de financement.
Si à l’issue de ce temps, vous atteignez la somme voulue, vous recevrez cet argent-là. Ensuite, c’est à vous de respecter votre engagement envers les contributeurs.
Dans le cas où vous n’arriveriez pas à atteindre l’objectif, aucun contributeur ne sera débité, vous ne touchez rien.
C’est dans le principe “on t’aide à financer ton projet si on est sûr que tu obtiendras suffisamment les moyens de le faire”.

Disons par exemple que vous voulez faire imprimer un artbook de vos illustrations, mais que vous n’ayez pas assez les moyens :
– Vous cherchez un imprimeur, demandez un devis.
– A partir de ce devis, vous pouvez calculer le montant dont vous aurez besoin de gagner dans le financement participatif.
– Il faut prendre en compte la commission du site (10%) en plus de la commission éventuelle venant des systèmes de paiement.
– Il faut ensuite établir les choix de contreparties pour les contributeurs. C’est assez important de proposer les bons choix, comme c’est ce qui va permettre aux gens de donner plus d’argent.

Par exemple (dans le même contexte du financement d’un artbook):
1/ Pour 1€, le contributeur sera dans les pages de remerciement du livre.
2/ Pour 10€, le contributeur recevra une version numérique du livre.
3/ Pour 30€, le contributeur recevra le livre chez lui.
4/ Pour 50€, le contributeur recevra le livre dédicacé.
5/ Pour 300€, le contributeur reçoit le livre dédicacé + une commission pour celui-ci qui sera incluse dans le livre.

Néanmoins, il faut faire attention à certaines choses : si vous proposez des dédicaces, pensez à limiter le nombre de cette contribution. Si vous vous retrouvez à devoir dédicacer des centaines de livres, vous ne trouverez ça pas très drôle à faire…

Là, c’était un exemple assez simpliste, mais l’idéal serait de pouvoir un peu plus échelonner et pouvoir y rajouter des récompenses sympathiques et moins chères, pour l’artiste et pour les contributeurs.

Posez-vous la question suivante : “est-ce que toutes les personnes qui vont contribuer à votre crowdfunding, vont le faire pour le but de votre projet ?”
Je veux dire par là, dans l’exemple donné, votre livre financé ne peut être acquis qu’à partir de 30€, mais vous aurez beaucoup de gens qui vont vous donner moins. Ils n’auront pas le livre mais ils vous auront quand même aidé dans le financement.
Cela veut dire qu’il faut pouvoir proposer des contreparties moins chères pour des plus petits budgets.

Alors voilà, c’était le principe du crowdfunding…
Pour résumer :
– Vous lancez un projet de financement.
– Les gens contribuent à votre projet.
– Objectif atteint
– Vous concrétisez votre projet
– Distribution des contreparties

Qu’est-ce qui peut être intéressant de faire financer par crowdfunding ?

Tout ce qui est publication de livres :
– manga (série/oneshot)
– artbook

Autres projets liés aux illustrations :
– jeu vidéo (visual novel, ou jeu plus développé éventuellement)
– clip vidéo illustré
– animation
– jeu de société
– etc

CONSEILS

Théoriquement, on fait du crowdfunding pour un projet dont on n’a pas les moyens de le financer. Ce qui veut dire qu’il n’est pas encore terminé. Pour l’instant, c’est assez logique, mais la suite est beaucoup moins simple :

Lorsque vous présentez votre projet de financement, vous devez dire à vos potentiels contributeurs quand ils recevront leur(s) contrepartie(s). Vous devez donc estimer quand vous finirez votre projet.

Très souvent, les délais indiqués par les créateurs de projets de financement sont trop courts.
Exemple :
– Votre projet de financement se termine en fin mai (on va garder l’exemple de l’artbook)
– Mais vous avez indiqué que les contributeurs recevront leur contrepartie (l’artbook) en fin juin.
– Sachant que votre artbook n’est pas encore terminé, vous n’avez pas suffisamment d’illustrations (disons qu’il en manque 10).

Ce que vous vous imaginez après ça :
– Vous recevez rapidement l’argent du financement participatif.
– Vous terminez les illustrations qui vous manquent en 1 semaine.
– Vous préparez le fichier pour l’impression, vous passez commande, vous recevez vos livres en 1 semaine.
– Vous dédicacez les livres et les expédiez aux contributeurs, en quelques jours.

La réalité :
– Vous allez attendre 10 à 15 jours pour recevoir l’argent du financement. Dans certains cas, ça peut prendre plus de temps (voire un mois).
– Vous avez surestimé votre vitesse de production, en 2 semaines vous ne faites que 3 illustrations sur 10. Vous bâclez le reste avec 1 semaine supplémentaire..
– Les livres vous coûtent un peu plus cher à l’impression que prévu.
– L’impression des livres prend 2 semaines.
– Les frais de de port inclus avec les livres sont plus élevés que prévu.

Cet exemple paraît bidon, mais croyez-moi que des erreurs de ce genre arrivent très fréquemment. Des imprévus aussi arrivent toujours…
Mais cet exemple va aussi permettre de vous donner des conseils simples mais importants :
Toujours prévoir plus de délais (pour la production), ça ne sert à rien de prévoir une date trop tôt. Il ne faut pas négliger le temps pour récupérer l’argent du financement, le temps pour finir votre projet, le temps pour la production.
Les gens préfèrent toujours attendre un peu pour avoir un produit bien fini, plutôt que d’avoir un produit bâclé plus rapidement…
– Soyez sûr de prendre en compte tous les frais : commission du site (Kickstarter/Ulule), les frais d’impression, taxes de douane si production/impression à l’étranger, les frais de port.

Avantages

– Pouvoir récolter du financement pour un projet (avantage vraiment considérable).

Inconvénients

– Avec les frais de ces sites (+10%), soit les contributeurs vont payer vos productions plus cher, soit ça réduira votre marge.
– Si le projet est mal préparé, vous y perdrez plus que vous ne gagneriez quelque chose.

Mon avis

L’apparition du système de crowdfunding est vraiment une très bonne chose et permet vraiment à de beaux projets de naître, surtout de la part de créateurs qui n’en auraient pas eu les moyens sans ça.

Mais il ne faut pas utiliser ça à la légère et vraiment bien préparer son projet, bien calculer les coûts.

Et ne pas en abuser non plus… Mon avis perso, c’est que ça doit servir à “dépanner”, pas à utiliser régulièrement. Sauf si bien sûr, ce sont des projets vraiment très coûteux. (mais logiquement, des projets très coûteux bien maîtrisés rapportent beaucoup et pourraient couvrir les frais du prochain projet…)
La raison pour laquelle il faut éviter d’en abuser, c’est que vous perdez quand même à chaque fois 10% (commission de ces sites) et ça fait aussi +10% aux prix pour les contributeurs.

Une autre raison, c’est que le public n’aime pas trop non plus ceux qui utilisent trop souvent Kickstarter/Ulule…

Par contre, si vous avez besoin de “donations” très régulières, vous pouvez vous pencher sur la solution Patreon (US, international) ou Tipeee (FR), je vais en parler dans l’article suivant :

SOMMAIRE
Manga Artist Life – Introduction
Manga Artist Life – part I – Anime Conventions 1/3
Manga Artist Life – part I – Anime Conventions 2/3
Manga Artist Life – part I – Anime Conventions 3/3
Manga Artist Life – part II – Fan Art rules
Manga Artist Life – part III – Modern Tools 1/3
Manga Artist Life – part III – Modern Tools 2/3
Manga Artist Life – part III – Modern Tools 3/3
Manga Artist Life – part IV – Fanbase & Clients
Manga Artist Life – part V – Original
Manga Artist Life – part VI – Books and Goods printing
Manga Artist Life – part VII – Notes & Conclusion

3 thoughts on “MANGA ARTIST LIFE – part III – Modern Tools 1/3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.