MANGA ARTIST LIFE – part IV – Fanbase & Clients

Je vais vous parler maintenant d’un des points les plus importants. C’est à la fois ce que tout le monde recherche mais aussi là que beaucoup font des erreurs selon moi…

Je vous rassure tout de suite, cette partie est vraiment assez complexe…!

La ‘Fanbase’

Dans notre contexte, c’est ce qui représente la communauté de fans d’un artiste. Dans la fanbase, il y a les acheteurs et les inactifs (ceux qui ne vont pas dépenser, mais qui vous suivent parce qu’ils apprécient votre travail).

Tout est une question de gestion de la proportion de clients dans votre fanbase.

Avant les réseaux sociaux, c’était une chose assez inquantifiable si vous n’étiez pas publié ou si vous ne faisiez pas de convention. Enfin pas vraiment, il y avait les blogs, des sites comme DeviantArt, les forums, etc. Des sites où on pouvait facilement consulter le nombre de visites/visiteurs.

Il y a toujours eu un certain jeu d’égo : plus on avait de vues sur nos travaux/pages/galeries, plus on était content.
Certains voient ça comme une jauge de niveau : si vous avez beaucoup de vues/fans, vous êtes meilleur que ceux qui en ont moins. Ce qui est bien sûr complètement faux…

Aujourd’hui, c’est la même chose avec les réseaux sociaux : on a un profil artiste, on a des followers, des likes, partages/RT, etc.
Parmi les likes/followers (votre fanbase, plus ou moins), vous avez donc ceux qui dépenseront pour vous et ceux qui ne le font pas.

Le piège des réseaux sociaux

Quand on est auto-édité, artiste indépendant, on se dit qu’il est nécessaire d’être présent dans les réseaux sociaux.
L’ère des blogs est terminée, plus personne ne regarde les sites internet des artistes, les blogs, forums, etc. Enfin je parle surtout pour les non-artistes qui ne “bougent” plus des réseaux sociaux.
Les liens d’artistes/sites se partagent, mais on ne lit plus que les titres, on ne clique plus dessus.

Le piège, c’est de croire que des chiffres (likes) jugent votre niveau artistique, mais aussi que ça représente le potentiel d’intérêt de vos potentiels fans.

Il y a beaucoup de comportements qui résultent de cette façon de penser.
– Tout d’abord la course aux likes. Enfin, je parle de ceux qui vont orienter leurs travaux pour avoir plus de likes. Voyez tous ceux qui vont faire des fan arts de tout ce qui paraît populaire à ce moment-là, d’animes/jeux dont ils ne sont pas forcément fans, voire même qu’ils n’ont même pas vu/joué.
Dépression lorsque l’on voit son faible nombre de likes/followers (surtout comparés à d’autres qui en ont bien plus et dont on n’approuve pas forcément leur façon de faire).
Se juger les uns les autres par rapport aux followers/likes.
– un artiste, qui n’a pas un haut niveau artistique mais qui a de très nombreux fans, sera très mal vu de la communauté des artistes. De même qu’un artiste très bon qui a trop peu de fans, on va se demander “quel est le vice caché ?”

Comment comprendre sa fanbase

Je disais en haut, que la fanbase représente l’ensemble de ceux qui suivent vos travaux, qu’ils soient potentiellement acheteurs, donateurs ou contributeurs ou qui ne dépenseront rien pour vous.

Or, ce qui nous intéresse le plus, c’est de savoir dans la fanbase, quelle est la proportion qui vous soutiendra le plus.

Mais en fait, c’est un peu plus compliqué que ça, dans votre fanbase il y a :
A – Ceux qui ne dépenseront jamais un sou, même s’ils apprécient vos travaux.
B – Ceux qui vous “surveillent” (juste pour savoir où vous en êtes, pour gratter des infos utiles, pour rapporter de ragots, pour se délecter du malheur de l’artiste, etc.)
C – Les fans qui achètent/dépensent pour vos créations, qui vous soutiennent, vous artiste.
D – Et puis, il y a aussi une proportion instable, qui ne va s’intéresser qu’à une partie de vos réalisations (vos fan arts d’une série en particulier, par exemple).

(On pourra en faire un camembert, pour avoir une image d’ensemble plus graphique, mais bon ce n’est pas si important…)

Selon toutes vos activités artistiques, votre fanbase aura un certain profil, [Exemple]
A – 80% (pas de dépense)
B – 7%
C – 5% (acheteurs)
D – 8% (acheteurs instables)
Généralement, on dit que sur une fanbase, il faut compter au max 10% d’acheteurs.

Pour moi, le but est de maximiser la portion C, des acheteurs fidèles.

Je vais vous montrer ce que donnent les profils selon les différents cas .
[Cas d’un artiste qui fait beaucoup de fan arts pour gagner un max de likes, mais qui ne vend encore rien (ni en ligne ni en convention)]
A – 93% (pas de dépense)
B – 3%
C – 1% (acheteurs potentiels)
D – 3% (acheteurs instables potentiels)
Un like, c’est sympa, ça ne coûte rien mais ça ne fidélise pas…
Quand cet artiste se mettra à vendre quelque chose, pour du fan art, peut-être 4% qui vont l’acheter. Pour de l’original, plutôt dans les 1%.

[Cas d’un fan-artiste expérimenté dans les ventes en convention et sur internet]
A – 88% (pas de dépense)
B – 5%
C – 1% (acheteurs fidèles)
D – 6% (acheteurs instables potentiels)
La portion D prend une valeur un peu plus importante mais ne dépend que des séries/jeux/personnages dont vous en faites l’illustration.
La portion A reste toujours assez importante, comme les fan arts font toujours gonfler la fanbase.

[Cas d’un artiste original, auto-publié qui ne distribue que sur internet]
A – 72% (pas de dépense)
B – 5%
C – 20% (acheteurs fidèles)
D – 3% (acheteurs instables potentiels)
La visibilité est beaucoup moins importante par rapport à ceux qui dessinent du fan art. Les gens ont tendance à moins partager les travaux des artistes quand il s’agit d’originaux, c’est un fait.

[Cas d’un artiste orginal, auto-publié qui vend son manga sur internet et en convention]
A – 72% (pas de dépense)
B – 5%
C – 20% (acheteurs fidèles)
D – 3% (acheteurs instables potentiels)
Comme pour au-dessus, la fanbase reste moins importante, mais la portion des acheteurs fidèles augmente beaucoup. La différence avec le précédent, ce sont les ventes en convention. Si on arrive à bien se vendre là-bas, on gagne beaucoup plus d’acheteurs fidèles que de simple fans.

Je tiens à préciser quand même, que ce n’est pas parce que la portion d’acheteurs fidèles + instables d’un artiste original est plus haute qu’un fanartist, qu’en terme effectif, de nombres, que c’est supérieur.
Par exemple :
– Artiste original avec fanbase de 100 personnes, 23% d’acheteurs, donc 23 personnes.
– Fanartist avec fanbase de 1000 personnes, 7% d’acheteurs, soit 70 personnes.

De plus, ce sont des pourcentages complètement approximatifs, plutôt pour vous montrer une idée des tendances.

Il ne s’agit pas d’une guerre Fan Art V.S. Original. Il faut savoir exploiter tous les bons côtés, tout en respectant l’avenir que vous projetez pour votre carrière artistique.

Quel que soit le profil de votre fanbase, des projets originaux, ça se travaille et ça prend du temps et de l’argent pour que vos travaux soient plus reconnus.

Optimiser votre fanbase

Avoir une fanbase énorme et si peu de personnes qui achètent, c’est tellement frustrant, non ? Vous avez la “renommée”, mais pas la reconnaissance de votre talent…

Tout d’abord, pour optimiser votre fanbase, il est assez important de savoir où vous voulez vous orienter pour votre carrière.
Quel type d’artiste voulez-vous être plus tard ?
– Auteur de manga auto-édité reconnu ?
– Illustrateur, chara designer pour des productions connues ?
– Fanartist qui se fait plein d’argent ?
– etc.

Si vous voulez faire du manga (original), ne faites pas la course aux likes. Avancez dans vos créations et faites ce qu’il faut pour les mettre en avant, pour les vendre.
Là où les fan arts pourront aider, ce serait avec des fan arts de séries/jeux qui se rapprocheront du thème de vos créations. Très souvent, ce sont des œuvres de référence pour vous).
De cette façon, vous aurez des fans “ciblés, qui seront plus sensibles à vos créations originales.
Exemple à ne pas faire :
– Vendre des posters de One Piece (attention la douane quand même)
– Et essayer de promouvoir son manga shôjo
C’est un exemple plus ou moins exagéré, mais ça s’est déjà vu. Vous pouvez bien sûr vouloir faire du shôjo et être fan de One Piece, mais n’oubliez pas que l’objectif est de devenir artiste pro et de vivre de son art au moins convenablement.

Ce qu’il faut retenir, c’est que lorsqu’on a un objectif de carrière, il faut savoir rester sur son chemin et avancer.

Lorsqu’on se concentre sur du fan art, votre fanbase “instable” peut paraître grande au début. Les gens qui likeront ces fan arts seront principalement des fans du(des) personnage(s) (ça se voit sur les photos de profil pour une grande majorité).
Dès que vous allez passer à des fan arts d’une autre série, vous verrez qu’il y aura peu de personnes qui avaient liké les fan arts de la série précédente.

Alors que si on se concentre sur des projets originaux, la fanbase au début est petit mais grandit petit-à-petit de façon plus solide. Le public qui vous suivra sera vraiment un public qui s’intéressera à tout ce que vous dessinerez. Ils dépenseront même pour des fan arts de série qu’ils ne connaitraient même pas, parce qu’ils verront surtout votre talent.
C’est une démarche plus lente, ça demande de plus de patience, mais qui paie sur le long terme.

Je vais justement développer un peu plus ce point sur l’original dans le prochain article :

SOMMAIRE
Manga Artist Life – Introduction
Manga Artist Life – part I – Anime Conventions 1/3
Manga Artist Life – part I – Anime Conventions 2/3
Manga Artist Life – part I – Anime Conventions 3/3
Manga Artist Life – part II – Fan Art rules
Manga Artist Life – part III – Modern Tools 1/3
Manga Artist Life – part III – Modern Tools 2/3
Manga Artist Life – part III – Modern Tools 3/3
Manga Artist Life – part IV – Fanbase & Clients
Manga Artist Life – part V – Original
Manga Artist Life – part VI – Books and Goods printing
Manga Artist Life – part VII – Notes & Conclusion

3 thoughts on “MANGA ARTIST LIFE – part IV – Fanbase & Clients

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.